Patricia Burkhalter

  • EXPOSITIONS

    2008-2011
    Portes ouvertes de Montmartre aux artistes – Paris 18ème
    1994 -2007
    « L’Extraordener » à Montmartre aux artistes – Paris 18ème
    2002
    « Des toiles et des matelas » Maison du faubourg – Paris 12ème
    1995
    « L’artiste et la transformation du monde » E.N.S.B.A. – Paris 6ème
    1990
    « Il est parti avec sa porte » 53, rue d’Autpoul -Paris 19ème
    1984-1986
    Galerie Ikébana – Paris 8ème
    1970-1984
    Salon des Ateliers d’Art et de Création Parc des Expositions – Paris 15ème

    Après une formation de décoratrice à L’ESAM (Paris 16ème), décoratrice sur tissus durant 22 ans. En 1989, abandonne le décor du textile – en – mouvement pour se consacrer à la peinture sur des supports papier et textile (draps anciens). Le textile, maintenant raidi par la peinture, est devenu « complètement inutile »* mais profondément nécessaire, vital.
    * Oscar Wilde: préface du portrait de Dorian Gray: « Tout art est complètement inutile ».

    Parallèlement à ma recherche plastique personnelle, j’ai obtenu en 1985 une licence en Arts plastiques. J’enseigne depuis 1978 dans diverses structures et dans mon atelier.
    J’ organise depuis 1995 des visites d’expositions ainsi que des balades de découverte de la flore et de la biodiversité. et des projets liant art et nature Je transmets avec joie mes connaissances techniques, artistiques et naturalistes et m’appuie sur des évènements culturels pour nourrir la créativité des participants aux ateliers tout en favorisant leur expression personnelle.

    « La matière sur laquelle elle travaille (…) détermine le geste qu’il convient de faire (…) geste inspiré par le hasard intérieur. L’encre sur papier lui convient à merveille (…). Les coulures inattendues enchantent Patricia et elle en vient à aimer les beaux papiers sur lesquels elle travaille autant que les tissus. Ces papiers sont parfois superposés, avec des parcelles retournées et arrachées… »
    Catherine Valabrègue
    Guide des artistes ouvrant leur porte à Paris 
    Editions Alternatives – 1998

    « (Elle) conjugue avec jubilation abstrait et figuratif, travaillant par rapport à la matière, sans trop de discours dans son atelier, à l’abri du monde. »
    Jacqueline Gamblin
    Coup de coeur 6 –  Le 18ème du mois  – 1995.

    DRAPS

    Depuis 1990, je travaille sur des draps reprisés et rapiécés par des femmes de toutes les provinces de France. C’est le vécu de ses draps, leur utilisation par des générations successives qui m’attire et me donne envie d’intervenir dessus. Je travaille, généralement à l’acrylique, en gardant comme point de départ la composition et le relief créés par toutes les réparations subies par ces draps. Au début, j’ai peint des femmes, puis des couples et j’en suis arrivée à peindre des « mariages abstraits » (ci-contre) : une amie m’a donné un drap que sa mère avait rapiécé en formant une très belle composition. J’en ai reporté l’empreinte sur des draps anciens mais non usés d’autres familles, en jouant avec diverses matières et techniques. Il s’agit donc de mariages entre des familles qui ne se sont jamais rencontrées. A suivre (…)

Partagez cette page